3 things I learned in Brazil and how it can change your life


Carnival, caipirinha, Ipanema, Havaianas, all things that make you think about Brazil. Besides, the beautiful people, the amazing landscapes, and the vibrant culture, Brazil and Brazilians, have their own unique way of doing and seeing things. During my time volunteering, I reflected on how both our societies, Canadian and Brazilian, line up and how each of them are different and similar to one another. To better help my athletes and people in general, I’ll explain the 3 things I learned in Brazil and how it can change your life.

(1) Relax and enjoy the sun


In Rio like most of Brazil, the hot temperature and the beautiful beaches (not to forget about the beautiful people), all make it, that the pace of the country in slowed down, to the point that lateness is not frowned upon, but the a cultural norm. The beach is the only place where poor, rich and middle class come together for a lovely afternoon filled with foot volley, caipirinhas and beautiful waves. Because beaches are common all throughout the state of Rio de Janeiro, it has somehow transcended in to its people. Shoes? Who wears shoes? The majority wear flip flops and anybody who wants to stay “hip”, has to let go of the common foot prison we call sneakers. Life is enjoyed at a light pace, political problems (which are common), are often discussed but not to the point of getting into a fight about it, and the present moment is lived to its outmost, without serious consideration for tomorrow.

(2) Cross the light


In Rio, like most of South America, nobody respect traffic lights. You see young and old commonly crossing a red light during a heavy traffic afternoon. People in Brazil live life on the edge, and most if not all, have little respect for law or law makers. The deficient political parties that have ruled the country ever since its democratization have done a poor job of administrating the land and redistributing equal opportunity to its population. The consequence of this created a population that often battles for themselves and always striving to push boundaries. From new musical genres being created like Samba, Bossa Nova to Brazilian Jiujitsu , Brazilians we’re left to feed themselves and create with what they had. Bottom point, when life takes everything from you, cross the light, push for more, do with what you have, who knows, you may be the next Royce Gracie or Tom Jobim.

(3) Life is a Carnival


Brazilian sense of humour is not only a quality, it’s a way of life. Wherever, whenever people are (almost) always smiling, laughing and having a fun time. A good sense of humour is essential for life in Rio and life in Brazil in general. People have used laughter and having a good time as a way of forgetting about their financial, political and social problems. Don’t believe it? Ever heard about Carnival or should I say, Carna**val. Carnival is a Christian festival that occurs before the liturgical season of Lent and his famous throughout the world. In Rio and in Brazil, it is the largest festival, and during a week, people are dressed up in different disguises parading to their favourite sambas while enjoying the different block parties around the city. More than just a party, Carnival is symbolic because in this little period of time, people from all races, ages, and social-economic positions are put together to enjoy their culture and humanity as a whole. Having fun, and laughing about ourselves and others are what makes us human beings. It is what connects us as human beings, it breaks down barriers, keeps us alive and makes things just a little less serious. Life is a Carna**val.

__________________________________________________________________________________

**French version**

Carnaval, caipirinha, Ipanema, Havaianas, tout ce qui vous fait penser au Brésil. En outre, la beauté des gens, les paysages incroyables et la culture vivante, le Brésil et les Brésiliens, ont leur propre façon de faire et de voir les choses. Pendant que je travaillais comme bénévole, j'ai réfléchi à la façon dont nos sociétés, canadienne et brésilienne, s'alignent et à la manière dont chacune d'entre elles sont différentes et similaires. Pour mieux aider mes athlètes et mes concitoyens en général, je vais vous expliquer les 3 choses que j’ai apprises au Brésil et en quoi cela peut changer votre vie.

(1) Détendez-vous et profitez du soleil

À Rio, comme dans la plupart des régions du Brésil, la chaleur et les belles plages sans oublier la beauté de la population font que le rythme du pays est ralenti, au point que le retard n'est pas mal vu, mais qu'il s'agit d'une norme culturelle. . La plage est le seul endroit où les pauvres, les riches et la classe moyenne se retrouvent pour un après-midi ensoleillé rempli de volley-ball à pied, de caïpirinhas et de belles vagues. Parce que les plages sont communes dans tout l'état de Rio de Janeiro, elles ont été largement transcendées. Des chaussures? Qui porte des chaussures? La majorité porte des tongs et quiconque qui veut rester «branché» doit se séparer de la prison pour pieds communs que nous appelons des baskets. La vie est vécue à un rythme léger, les problèmes politiques (qui sont courants), sont souvent discutés, mais pas au point de se disputer à ce sujet, et le moment présent est vécu au maximum, sans considération sérieuse pour le lendemain.

(2) Traverser la lumière

À Rio, comme dans la plupart des pays d’Amérique du Sud, personne ne respecte les feux de circulation. Vous voyez souvent des jeunes et des personnes âgées traverser un feu rouge lors d'une après-midi de forte circulation. Les Brésiliens vivent leurs vies à une certaine vitesse et la plupart, sinon tous, n’ont que peu de respect pour la loi et leurs politiciens. Les partis politiques déficients qui dirigent le pays depuis sa démocratisation ont mal géré les ressources et la redistribution monétaire l'égalité à toute sa population. La conséquence de cela a créé une population qui se bat souvent pour elle-même et cherche toujours à repousser ses limites. De nouveaux genres musicaux tels que la samba, la bossa nova, le jiujitsu brésilien, nous devons laisser les brésiliens se nourrir et créer avec ce qu’ils avaient. Quand la vie vous prend tout, traversez la lumière, demandez-en plus, faites avec ce que vous avez, qui sait, vous serez peut-être le prochain Mark Zuckerberg ou Richard Branson.

(3) la vie est un carnaval

Le sens de l’humour brésilien n’est pas seulement une qualité, c’est un mode de vie. Partout, chaque fois que les gens sont (presque) toujours souriants, rient et s'amusent. Un bon sens de l'humour est essentiel pour la vie à Rio et la vie au Brésil en général. Les gens ont utilisé le rire et s'amuser pour oublier leurs problèmes financiers, politiques et sociaux. Ne le crois pas? Jamais entendu parler de Carnival ou devrais-je dire, Carna ** val. Le carnaval est une fête chrétienne qui a lieu avant la saison liturgique du carême. À Rio et au Brésil, il s’agit du plus grand festival. Pendant une semaine, les gens sont déguisés en différents déguisements défilant devant leurs sambas préférées tout en profitant des différentes fêtes dans la ville. Plus qu'une fête, le carnaval est symbolique car pendant petite période, des personnes de toutes les races, de tous les âges et de tous les milieux socio-économiques sont réunies pour profiter de leur culture et de leur humanité. S'amuser et rire de soi et des autres font de nous des êtres humains. C’est ce qui nous connecte en tant qu’êtres humains: il élimine les obstacles, nous maintient en vie et rend les choses un peu moins graves. La vie est une Carnaval.

6 views0 comments

Recent Posts

See All